•   Découvrez la vidéo sur le budget participatif des lycées du nord pas de calais ici

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

vue aérienneRetrouvez ci-contre la dernière vidéo du magazine TV MAG+ pésentant la cité scolaire.

 

Pour sinformer sur lARPEUne aide est accordé pour la recherche du premier emploi. retrouvez l'article ci dessous

Le Premier ministre a annoncé le 11 avril plusieurs mesures en faveur de la jeunesse, parmi lesquelles une aide à la recherche du premier emploi (ARPE) destinée aux jeunes titulaires d’un diplôme à finalité professionnelle à la session 2016 et d’origine modeste, qui entrent sur le marché du travail en situation d’inactivité.

Mise en œuvre dès l’été 2016, cette mesure consistera à verser une aide mensuelle d’un montant de 200 euros (élèves et apprentis de l’enseignement scolaire), ou bien équivalente au montant de la bourse précédemment perçue (étudiants) ou encore d’un montant de 300 euros (apprentis de l’enseignement supérieur) pendant une durée maximale de quatre mois. La demande du bénéfice de l’ARPE doit être effectuée dans les quatre mois qui suivent la réussite à l’examen.

1 - Les élèves et apprentis de l’enseignement professionnel et technologique

Tous les élèves boursiers des classes terminales de formations professionnelles et technologiques conduisant à l’un des diplômes mentionnés en annexe sont concernés.

Pour informer, sans tarder, les jeunes boursiers candidats à l’un de ces diplômes sur les conditions à remplir et sur la démarche à entreprendre pour bénéficier de cette aide, vous trouverez ci-joint un document de communication à leur intention.

Afin de garder un lien avec ces jeunes lauréats à l’issue de leur dernière année de formation et, ainsi, leur assurer tout l’accompagnement administratif nécessaire, vous adresserez ce document aux familles concernées ou à l’élève pour que ceux-ci s’enregistrent en laissant leur adresse électronique sur le site du ministère (education.gouv.fr/arpe). Nous pourrons ainsi les tenir régulièrement informés, après l’adoption définitive de la mesure par le Parlement, des formalités qu’ils ont à effectuer. Il leur sera également rappelé à cette occasion qu’ils trouveront auprès de leur établissement scolaire d’origine l’aide et l’appui nécessaires pour les accompagner dans leur démarche. S’ils obtiennent leur diplôme et sont à la recherche de leur premier emploi, ils pourront formuler leur demande pour bénéficier de l’ARPE en remplissant le dossier établi par l’Agence de services et de paiement (ASP), qui sera disponible à compter de la mi-août. Il est donc important que vous incitiez les jeunes potentiellement intéressés par cette aide à laisser leurs coordonnées sur education.gouv.fr/arpe, afin que ceux-ci soient contactés dès l’ouverture de la plateforme de dépôt des demandes.

L’accompagnement des établissements d’origine auprès des jeunes éligibles à cette mesure sera déterminant et nécessite de tenir à leur disposition les justificatifs qui devront être produits avec leur demande d’aide.Pour les diplômés de la voie scolaire qui demanderont à bénéficier de l’ARPE, deux documents leur seront nécessaires :

-        une copie du relevé de notes délivré par le centre d’examen le jour de la publication des résultats ;

-        l’attestation de bourse nationale au titre de la dernière année de préparation du diplôme.

Il convient donc d’alerter, dès maintenant, les boursiers candidats à ces examens sur l’importance de la récupération du relevé de notes auprès du centre d’examen. A défaut, ils devront faire une demande d’attestation de réussite auprès du service des examens de l’académie à la fin du mois d’août.

L’attestation de bourse nationale de lycée consiste en une copie de la notification d’attribution de début d’année scolaire 2015-2016, qui leur a été remise par votre établissement et dont vos services ont dû conserver une copie.

A défaut, vous pourrez vous rapprocher à la fin août du service académique des bourses nationales pour obtenir une copie de cette notification pour 2015-2016.

 

Pour les établissements qui accueillent une unité de formation par l’apprentissage, les candidats aux diplômes mentionnés en annexe pourront également présenter une demande. Ils fourniront le même justificatif de diplôme, auquel ils devront joindre un avis d’imposition du foyer fiscal dont ils relevaient au titre des revenus de l’année 2014 (avis d’imposition 2015).

2 - Les étudiants et apprentis de l’enseignement supérieur (dont les diplômés du BTS)

En ce qui concerne les établissements dispensant des formations post-baccalauréat, les jeunes préparant l’un des diplômes mentionnés en annexe par la voie de la formation initiale sous statut d’étudiant ou par la voie de l’apprentissage pourront, s’ils obtiennent leur diplôme et s’ils sont à la recherche d’un premier emploi, demander le bénéfice de l’ARPE.

Pour en bénéficier, le jeune doit :

- soit avoir perçu une bourse d’enseignement supérieur sur critères sociaux ou une allocation annuelle accordée dans le cadre du dispositif des aides spécifiques au cours de la dernière année de préparation du diplôme ;

- soit, s’il a préparé son diplôme par la voie de l’apprentissage, remplir des conditions de ressources équivalentes à celles permettant de bénéficier des bourses de l’enseignement supérieur.

La demande devra être faite auprès du directeur du centre régional des œuvres universitaires et scolaires (CROUS) dont relève l’établissement de formation dans lequel le demandeur a suivi la dernière année de préparation du diplôme. Elle s’effectuera via le portail numérique etudiant.gouv.fr

Pour les élèves scolarisés en Nouvelle-Calédonie, Polynésie-Française et à Mayotte, la demande devra être adressée au vice-recteur territorialement compétent.

Le demandeur devra fournir les pièces justificatives suivantes :

-        une attestation sur l’honneur précisant que le demandeur n’est plus en formation, qu’il est à la recherche d’un premier emploi et s’engage à ne pas s’inscrire dans une nouvelle formation au cours de l’année universitaire qui suit l’obtention de son diplôme ;

-        une attestation de réussite délivrée par votre établissement.

Les candidats issus de la voie de l’apprentissage devront en outre fournir une copie de l’avis d’imposition du foyer fiscal auquel ils sont rattachés ou de leur propre avis d’imposition s’ils ont fait leur propre déclaration fiscale au titre de l’année 2014 (avis d’imposition 2015).

Les diplômés boursiers sous statut d’étudiant (dont les BTS par exemple) seront informés via des mailings par leur CROUS, à partir de l’entrée en vigueur de la mesure. Concernant les élèves de BTS qui sont sous statut d’apprentis, nous vous demandons de leur remettre le document de communication ci-joint afin qu’ils se pré-enregistrent sur education.gouv.fr/arpe et qu’ils soient tenus informés de l’entrée en vigueur de l’ARPE et des démarches pour la demander.

Nous savons pouvoir compter sur votre engagement envers ces jeunes, parfois fragiles, afin de faciliter leurs démarches. L’objectif est de les soutenir dans la recherche de leur premier emploi.

Simone BONNAFOUS, Directrice générale de l'enseignement supérieur et de l'insertion professionnelle

Florence ROBINE, Directrice générale de l'enseignement scolaire

cantine1 696x522

1 500 repas en moyenne avec de pics à plus de 1 700. Christophe Loubert, le chef cuisinier de la cité scolaire Paul Duez, et son équipe, sont ce qu’on pourrait appeler des top chefs. Mais rien à voir avec l’émission de télévision du même nom. Les neuf personnes en cuisine ont pour mission de nourrir les élèves et les personnels de l’établissement chaque jour.

Leur journée marathon débute à 6h30. Christophe réunit son équipe pour un brief de la journée. « On organise le travail à ce moment-là. Les produits nécessitant des longues heures de cuisson sont travaillés tout de suite. Il y a un cuisinier pour les desserts, deux pour les plats chauds, deux pour les préparations froides, un plongeur et deux magasiniers. »

Le personnel enchaîne alors l’épluchage des légumes, les cuissons et les différentes préparations. « On travaille le plus possible en flux tendu. Pendant le service, à partir de 11h, on continue encore de produire. Pour réussir à donner à manger à autant de monde, il faut une bonne équipe. »

2h15 de service chaque jour

Christophe est donc en quelque sorte le coach de cette équipe : « Le service finit vers 13 h 15 et dure donc 2h15. Un gros travail a été fait sur les emplois du temps des élèves pour étaler et permettre à tous les demi-pensionnaires de manger. » Une bonne équipe et une bonne organisation ne suffisent pas. Il faut aussi de bons produits. L’établissement mise sur le bio depuis cette année. « On essaye au maximum de travailler avec des produits frais. Nos viandes sont quasiment toutes des viandes françaises. Depuis cette année, on développe le “manger bio local”. L’objectif est de proposer des produits bio de producteurs locaux. Ces plats sont proposés régulièrement dans la semaine. » Pour stocker toutes toutes ces denrées, l’établissement a de grandes chambres froides et un grand magasin pour ses denrées non périssables.

L’objectif du chef et de ses hommes est clairement de faire aimer la cantine aux élèves. Une chose pas toujours aisée. « On propose une diversité de produits. On sait qu’il y a certaines choses que les élèves aiment et d’autres qu’ils aiment moins. Mas on ne peut pas faire des choses qu’ils aiment tous les jours. » La plupart des retours que le chef a de la part des élèves sont plutôt bons. « Beaucoup d’élèves qui mangent ici disent souvent que c’est bon », se réjouit-il. Après le service, les cuisiniers passent au nettoyage des plats. Là encore, il y a de quoi faire. Et à 15h, leur journée marathon est terminée.

Vers 14% de produits bio

Christophe, de son côté, élabore les menus hebdomadaires en respectant « un plan de menu sur six semaines. Chaque jour, nous proposons deux viandes, un poisson, un féculent, deux légumes, un potage, du fromage, six sortes de desserts et 6-7 sortes d’entrées. »

Pour l’avenir, le chef espère pouvoir « développer encore plus le bio. On a un objectif de 14 %. C’est énorme vu la quantité de repas servis. On veut également travailler de plus en plus le frais et le local. » Le déménagement du collège prévu dans les années à venir pourrait permettre de désengorger le restaurant scolaire. En cuisine l’impact sera minime puisque la cuisine des deux établissements se fera toujours au même endroit. « Les repas seront ensuite transférés au collège. »

Antoine Fichaux : http://www.lobservateur.fr/cambresis/2016/03/17/cambrai-chef-comment-on-prepare-1700-repas-chaque-jour-a-paul-duez/

ELA dictee2015Pas moins de 200 élèves du collège, du lycée et du lycée professionnel ont fait une dictée à l'occasion du lancement de la campagne ampagne ELA "Mets tes baskets et bat la maladie". Une particularité cette année : La diffusion au préalable du DVD ELA sur l'opération éffectuée en mai 2015.

Merci aux participant(e)s

DSC01879 2Après la proclamation des résultats de brevet des collèges et baccalauréat au mois de juillet dernier, le temps des récompenses est venu pour les collégiens et lycéens de Paul-Duez et du lycée professionnel Louise-de-Bettignies. 

DSC01887 (2)_1
DSC01888_1
DSC01890_1
DSC01891 (2)_1
DSC01894_1
DSC01898_1
DSC01900_1
DSC01908_1
DSC01911_1
DSC01923_1
01/10 
start stop bwd fwd

 

 

Une cérémonie pour récompenser nos jeunes qui se sont particulièrement distingués  s'est tenue ce samedi 3 octobre au restaurant de la cité scolaire en présence de l'équipe de direction, des membres des équipes éducatives, ainsi que les associations et parents d'élèves.

 

Quelques photos de cette cérémonie.

 

Page 1 sur 6